Je me souviendrai toujours de cette image : ma « grande » fille qui s'avance vers sa petite soeur et moi avec un petit sourire timide, une rose blanche à la main qu'elle me tend. J'ai accouché 4 heures avant, je suis dans un tourbillon d'émotions, et elle me semble soudain immense, ma grande de 2 ans.

Tout de suite elle a su, que ce bébé dans mes bras était sa petite soeur, qu'elle était sortie de mon ventre, que c'était la fameuse Adèle dont on lui avait tant parlé. Elle nous a surpris, nous qui n'étions pas certains qu'elle comprenait ce que nous lui expliquions depuis des semaines, à l'aide de mots et de livres. Souvent elle nous ignorait, détournait la conversation. En fait elle savait, bien sûr qu'elle avait tout compris.

 

Elle lui a touché doucement la joue, lui a fait un bisou. Elle était curieuse de la découvrir, mais aussi très excitée d'avoir reçu un nouveau ballon à la boutique de l'hôpital, et ne sachant décider lequel des deux événements allait retenir son attention, elle papillonnait de l'un à l'autre. Comme si le fait de devenir une grande soeur était tout compte fait aussi naturel que de recevoir un ballon Frozen gonflé à l'hélium.

 

Moi qui craignais crises de jalousie, colères et piétinements en tous genres, j'ai découvert en mon aînée une grande soeur attentive, câline, et même patiente, ce qui, quand on connaît son caractère un peu sanguin, relève presque du miracle. Tout cela s'est fait très naturellement, presque comme si la petite soeur avait été toujours là. « Mon soeur », « Ma Dèle », comme elle l'appelle, qu'elle réclame dès que possible de tenir dans ses bras.

 

Alors bien sûr tout n'est pas tout rose, elle sait très bien nous faire comprendre qu'elle ne nous laissera pas lui donner moins d'attention. Elle teste, me réclame un biberon quand elle me voit m'installer pour allaiter sa soeur. Demande en chouinant que son père mette Adèle « dans son parc » quand elle estime qu'elle est restée suffisamment longtemps dans ses bras et que c'est à son tour. Je ne la laisse jamais seule dans une pièce avec elle, car parfois elle a de petits gestes brusques : tirer l'air de rien sur un orteil, mettre un doigt dans sa bouche...

 

Ma petite grande soeur, mon premier bébé devenue fillette, qui a su accueillir avec toute son innocence et sa fraîcheur ce bouleversement intense pour notre petite famille.