Créer mon blog M'identifier

Retourner sur la première page du blog

Le magasin de chaussures

Le 12 juin 2014, 11:53 dans Maternité 1

C'est un endroit où tu te rendais, jeune nullipare, pour assouvir ta passion des belles bottines, bottes, et autres escarpins et ballerines. C'était un moment de détente, de plaisir même, un peu ton magasin fétiche.

Mais à présent, tu es une Maman. Et ton enfant marche. Il est temps de lui acheter sa première paire de chaussures. 

Ici, l'été arrivant doucement, il fallait que je trouve pour ma Potelette des souliers adaptés, pour que ses petits petons puissent respirer. Je me faisais déjà une joie d'aller en choisir un joli modèle, pas trop rose, pas trop pailleté, pas trop fleuri, pas trop "papillons et Cie". Ben ouais, tant qu'elle n'est pas en âge de réclamer des horreurs vernies Hello Kitty, j'en profite.

Bref, je te dépeins la scène. Grand magasin de chaussures, intérieur jour, 26 degrés celsius au bas mot dans le magasin (à l'époque de la clim'...) Une mère (moua, donc) et une très petite fille (la Potelette). Je m'avance vers le rayon pointure 20, et avise une jolie paire de sandales blanches Kipling, pile le style sobre et joli que j'aime. Je l'essaye à la Potelette, et là, le doute m'assaille. Trop large? Sa cheville est-elle bien soutenue? Je me rends à l'évidence, j'ai besoin d'une vendeuse pour me conseiller. Ca tombe bien, en voilà une qui s'approche et me propose son aide. Tandis que ma fille se carapate dans les rayons à moîtié chaussée, en balançant par terre toutes les chaussures à sa portée (c'est-à-dire beaucoup). La vendeuse décide qu'il faut absolument lui mesurer le pied, qu'elle a d'ailleurs d'après elle fort fin. Bon ben en fait j'avais raison, elle fait bien du 20. Et là, on commence l'essayage. Et TOUT y passe. A chaque paire, la Potelette tend docilement son pied (cette enfant adore qu'on lui mette des chaussures, même si elle déteste qu'on les lui attache, sa patience a des limites), et puis s'enfuit en courant, avec sa mère (toujours moua, donc) qui la poursuit pour la ramener vers la vendeuse qui la trouve "trop mimi". Elle se poile comme une petite baleine à chaque fois que je l'attrape, c'est la grosse marrade pour elle cet essayage, mais pour moi c'est un marathon (je te rappelle qu'il fait au moins 26 degrés.)

15 paires de chaussures trop petites, trop grandes, trop larges, trop hautes, trop basses plus tard (j'exagère à peine), et alors que la vendeuse me vante les mérites d'une paire de sandales à strass et papillons au coût exhorbitant de 85€, j'ai une illumination. Je dois faire un compromis. Adieu jolies chaussures, il me faut privilégier le confort de ma fille. Et la mort dans l'âme (non, je n'exagère toujours pas), je me résigne à lui essayer une paire que je juge pas trop moche. Bon ok, elles sont roses. Et aussi vernies. Mais elles lui vont. Et vu mon état d'épuisement (course éffrenée derrière ma fille, chaleur, voix de la vendeuse), j'ai envie de dire MIRACLE! J'embarque ma Potelette qui ne veut plus se séparer de ses nouvelles chaussures et les admire avec force "oooooh" et "aaaaah", et passe à la caisse.

Bref, le magasin de chaussures avec un bébé de 16 mois, c'est loin d'être une promenade de santé, oublie la virée shopping tranquille, prépare tes baskets de running pour courser ton môme dans les rayons, et arme-toi de patience.

 

Les chaussures roses et vernies mais confortables.

Et l'inquiétude qui ne me quitte plus.

Le 3 juin 2014, 10:50 dans Maternité 1

Avant, j'avais des soucis. Ils m'encombraient un peu, mais ils n'étaient qu'à moi, la plupart du temps. A présent Elle est là, et même si elle a quitté mon ventre depuis bientôt 16 mois, je la porte encore en moi, partout, toujours. Elle est si petite, totalement dépendante de moi, de nous. Elle me regarde et je le sens, je n'ai plus le droit de me tromper, même si l'erreur est humaine et arrivera forcément. 

Le jour où elle est née, j'ai rencontré l'Inquiétude. Elle a ouvert les yeux et j'ai été très heureuse, mais aussi très effrayée. Alors comme ça j'allais devoir prendre soin d'elle, décider pour elle, savoir des choses que personne ne m'a apprises, qui pourtant sont écrites en moi quelque part puisque je les retrouve parfois. Tu sais, cet instinct dont on nous parle, il faut croire qu'il existe, au moins un petit peu, sinon où en serions-nous aujourd'hui?

Cette inquiétude, elle est pleine d'amour. Elle est nécessaire, mais j'aimerais pouvoir la dompter, l'apprivoiser, pour ne pas faire de petites dunes des montagnes, encore et toujours.

Cette inquiétude, c'est celle qui lui fera me dire plus tard avec insolence: "Laisse moi tranquille, je suis grande, je suis forte, je sais ce que je fais..." et moi de lui répondre " Tu es ma petite fille, mon bébé, ma prunelle, laisse moi te guider". Il en faut de la force, de l'amour et de la folie, pour lui offrir en cadeau une vie dont on ne sait finalement rien.

Parfois, je me surprends à déjà m'inquiéter de son adolescence, des mauvaises rencontres, des mauvais choix qu'elle pourrait faire.  J'ai peur qu'elle fume, j'ai peur qu'elle boive, j'ai peur qu'elle me déteste, j'ai peur que son coeur soit brisé, j'ai peur qu'elle monte sur une mobylette avec son petit copain qui me paraîtra forcément suspect, et parfois dans ces moments-là j'ai envie de la remettre dans mon ventre. 

Et pourtant, chaque jour, petit à petit, j'apprends à lâcher prise sur certaines choses. Du haut de ses pas tout à fait 80 centimètres c'est elle qui m'apprend à lui faire confiance. Moi qui ai une tendance à être perfectionniste à tendance rigide, je me surprends à ne plus m'inquièter si elle ne mange pas toute son assiette, si sa sieste ne dure pas le temps qu'elle devrait durer. Alors bien sûr, ce sont de petits problèmes, mais je me dis que chaque chose en son temps, que elle et moi (et son papa bien sûr) on grandira ensemble. Que même si je suis l'adulte et elle l'enfant, je dois accepter d'être tour à tour guide et spectatrice, et qu'il y aura des périodes difficiles qu'elle résoudra par elle-même.

Je ne laisserai pas l'Inquiétude me voler ces moments précieux, ce quotidien que la vie m'offre en cadeau.

 

 

 crédit photo : http://positivityprojectxoxo.tumblr.com

Fashion Potelette #7

Le 16 mai 2014, 10:59 dans Maternité 6

Nous voici de retour avec un nouveau petit look!

Je ne sais pas si c'est parce que j'ai grandi dans les années 90 (et 80 aussi un peu hein), mais cette tenue ressemble à un revival de mon enfance. Et si toi aussi tu as passé tes jeunes années en "caleçons" (l'ancêtre du legging, on a rien inventé...) Converse et veste en jean, tu vas vite comprendre pourquoi. Bon, je te rassure tout de suite, je ne compte pas affubler ma fille de pantalons fuseau élastiqués sous le pied, ni de short en lycra fluo cet été (toi même tu sais...)

 

 

 

 

Chemise en jean H&M (rayon garçons)

Legging DPAM

Basket Converse (trouvées comme neuves sur une brocante pour 5 €... j'aime les brocantes.)

 

Voilà, bon week-end les amis! Ici ce sera week-end Maman-Potelette (Et Papou et Mamette et Tatas), Superpapa étant parti ce matin en Crète pour le boulot (ouais, le gros VEINARD!)

Voir la suite ≫