Créer mon blog M'identifier

Retourner sur la première page du blog

J'ai peur qu'elle me manque.

Le 17 octobre 2014, 12:33 dans Maternité 4

Depuis 20 mois, elle est au centre de notre univers. Avec ses airs canaille, ses cheveux blonds, ses petits caprices, elle occupe toutes mes pensées. C'est un privilège d'aîné que d'être pour un temps plus ou moins long le centre unique de l'attention de ses parents.

Mais d'ici quelques petits mois, elle va devoir apprendre à me partager avec sa toute petite soeur, ce tout petit bébé, qui, inévitablement monopolisera une grande partie de mon attention.

 

J'ai peur de lui manquer. Mais aussi, j'ai peur qu'elle me manque. Cette relation qu'on a construite elle et moi, faite de rires, de complicité, je me demande souvent comment elle va évoluer avec l'arrivée de ce deuxième enfant. Nous allons chacune devoir retrouver une place, dans ce petit ballet familial toujours en mouvement.

 

Parfois, depuis que mon ventre s'arrondit, elle a des attitudes de rejet envers moi. Elle se cramponne à son père comme s'il était son pilier, sa sécurité, face à ce changement qu'elle appréhende peut-être. Je lui parle, je lui explique que je l'aimerai toujours autant, que je serai toujours là pour elle. Je sais que je ne dois pas le prendre pour moi, mais je me sens touchée en plein coeur quand elle me repousse. Et puis ce matin, avant de partir en week-end chez ses grands-parents, elle m'a serrée dans ses petits bras et quand je lui ai dit « je t'aime », elle m 'a répondu « ye t'em ».

 

Il y a cette petite fille qui grandit, qui est mon tout envers et contre tout, que j'ai peur de blesser sans le vouloir.

Et il y cette petite vie que je ne connais pas encore bien, qui bouge sous mes mains, pleine de promesses. Qui commence déjà à prendre sa place.

 

 

Mais ne t'en fais pas ma douce, mon coeur est bien assez grand pour deux. Et même si tu m'en veux un peu, mon amour restera là, inébranlable. Moi, ta mère, celle à qui tu manques quand tu t'éloignes, celle qui ne cessera jamais d'aller vers toi.

 

Un tout petit rien

Le 27 août 2014, 17:31 dans Maternité 7

C'est l'histoire de la fille qui revenait sur la pointe des pieds, un peu embarrassée de sa longue absence. 2 mois sans écrire...

 

C'est qu'il s'en est passé des choses.

 

Il se passe même un truc de fou.

 

Un truc qui te file des papillons dans la tête, des nausées à l'estomac, et un QI de bulot.

 

En fait c'est l'histoire d'une FIV faite un peu sans espoir démesuré, en tous cas sans penser que ça pourrait fonctionner du premier coup.

Et puis le sang débarque et tu te dis que ce sera pas pour cette fois, mais tant pis, on a le temps. Et puis une prise de sang « un peu » positive (« mais Madame ce n'est rien vous faites probablement une fausse couche »), puis une deuxième, une troisième, avec un taux qui monte, qui monte. « Euh Madame, en fait c'est peut-être pas tant que ça une fausse-couche »... Et puis une écho avec un petit coeur qui bat.

 

Voilà voilà. Je te l'avais bien dit, un truc de fou.

 

Aujourd'hui, 12 SA et 4 jours, une chance de malade, un mini-bébé au creux de moi. Même que c'est peut-être bien une fille. Avec des petits bras. Et des petites jambes qui pédalent.

 

Alors maintenant que j'ai tout doucement un peu moins l'impression d'avoir le mal de mer en permanence, et de retrouver quelque peu mes esprits, je vais essayer de revenir vous raconter quelques petites choses d'ici peu...

 

 

16 mois

Le 18 juin 2014, 15:19 dans Maternité 4

Elle marche en ligne droite entre nous deux, et d'un coup d'un seul fait demi-tour, comme ça, parce que le chemin est plus amusant s'il n'est pas linéaire.

 

Elle s'essaye à la voltige, chevauche son petit cheval à bascule debout sur sa selle et lâche les mains, se met debout sur le siège du caddie au supermarché si j'ai le malheur de tourner le dos quelques secondes vers un rayon. Elle grimpe debout sur son cochon à roulettes (au secours!)

 

Elle croit que tous les oiseaux font « cot cot » comme les poules, et les appelle en poussant ce cri.

 

Elle dit « Non » en secouant sa petite tête, et dit « Nonnonnonnonnon » si on insiste.

 

A la caisse du magasin, elle tend sa tétine au vendeur, seulement aux hommes. En fait, c'est parce qu'une fois le boulanger lui a donné un petit morceau de gâteau au chocolat, alors elle espère qu'elle recevra encore une friandise.

 

Elle raffole des fraises, et les gobe en à peine quelques secondes. Elle adore aussi les tomates, surtout la chair avec les petits pépins.

 

Elle fait « Chut » avec son petit doigt devant sa bouche, parfois même quand elle s'aperçoit qu'elle crie trop fort.

 

Elle tape son ventre avec sa main quand on dit « Ooooh le bidou », se tape les fesses quand ont dit « Ooooh le pepette ».

 

Elle danse tout le temps, un petit air de musique et c'est parti. Ses chorégraphies sont de plus en plus élaborées, mouvements de bras, danse de cosaque, hochements de tête en rythme, moulinets. Elle chante aussi, enfin elle fait « balalala beuleuleu » d'une petite voix.

 

Elle prend tout objet qui ressemble de près ou de loin à un téléphone, le met contre son oreille, et tient des conversations à mi-voix d'un air fort concentré.

 

Elle vient se coucher dans le canapé quand elle veut qu'on la chatouille et rit à gorge déployée.

 

 

16 mois ma petite Potelette...

 

 

Voir la suite ≫